Un théâtre itinérant, donc, qui est déjà un hôte dans 9 localités dans le Luberon, une ville et 8 villages dont un de 50 habitants, qui a déjà 24 ans d’âge, qui a présenté une cinquantaine d’auteurs d’aujourd’hui, dont les œuvres ont été défendues par une bonne vingtaine de comédiens professionnels et qui durant 15 ans a mené un travail d’initiation et de création théâtrale auprès de plus de 500 amateurs, dont des scolaires ou des enfants et des jeunes, pendant leur temps libre, les mercredi, et enfin des adultes.


VISU-15EDITION 2015:

« Dans ce monde il faut être un peu bon pour l'être assez. » Marivaux (Le jeu de l'amour et du hasard)

Chez les Ahtnas, peuple au nord-est de l'Alaska, recevoir autant que l'on donne à l'instant même où l'on reçoit est une règle dans la vie. Comme par la magie de la langue française, recevoir un hôte c'est accepter d'être hôte soi-même. « Vous êtes mon hôte », ou l'art d'offrir une invitation à l'égalité. Au théâtre où est-elle, cette égalité ?
Dans le non savoir.
Le non savoir ? Personne ne peut dire à l'avance s'il y aura rencontre entre les spectateurs et les acteurs, entre le texte les comédiens, l'auditoire et l'auteur. La seule certitude est le rendez-vous. Et l'envie !
Cette envie est réelle si le juge est la durée. Vingt-quatre années de vous et de nous. Vous divers. De même nous. Avec pour rencontre, la découverte. Pour vous-nous, des révélations de textes, d'apparitions de comédiennes-comédiens, d'idées, d'opinions en esquisses, capables de transformer des fulgurances en mémoire.
En 2014, comme précédemment finalement, vous êtes nos hôtes et nous sommes vos hôtes.
Ainsi, pour l'ouverture c'est au tour des participant-es de l'atelier de création, de vivre la fabrication d'une esquisse théâtrale et son rendu public avec le texte « Près de l'aiguille accroche nuage ». Ou, comment l'initiation à une guerre qui rode peut interpeller au point de nous demander si tel n'est pas notre sort présent. Ce texte de Constance Emilie, jeune auteure de 24 ans, serait-il, sera-t-il aussi une partie de nous?
Pour cette 24ème édition, nous recevons 6 jeunes qui se sont emparés d'un texte pour nous le rendre. Nous étant vous public et moi l'auteur. Un conte de science-fiction et d'ethnologie. Il n'y a plus d'eau sur terre. Pourquoi ? Pourrons-nous la retrouver ? Le « nous » étant dans l'histoire et dans les peuples qui la composent. Comme nous à présent ? « Il pourrait exister une planète lointaine où l'eau ne serait potable que par le fait que des êtres se l'échangent. Transgresser cette règle équivaudrait à la rendre empoisonnée ... » Résumé du Comité de Lecture de ETC_Caraïbes.
Le 3 juillet, le service culturel de la ville d'Apt programme le spectacle « Le père » de Guy Régis Junior (Prix 2009 Beaumarchais-SACD et celui d'ETC_Caraïbes) que nous avions présenté l'an passé en esquisse. Point de texte en main cette fois-ci et l'occasion d'un repas en préparation des funérailles de ce Père qui fait tant parler. Repas partagé par nous, nous-vous-nous, avec le comédien Jean-Erns Marie-Louise, le circassien Antoine Prost et leurs acolytes à la cuisine et sur scène.
Nous clôturerons, par un Grand Mesclun « Les Zauteurs / Zauteuses du coin d'ici », donc d'Apt et ses alentours. On mélangera, évidemment, le tout. On mangera aussi et on boira. Comme nous l'avons déjà fait pour nos deux premières rencontres publiques. La première sur le thème de « L'amour amoureux » et la seconde avec celui de « L'absurde ». En dehors du plaisir à être ensemble nous nous sentirons plus forts et plus présents pour découvrir et révéler ce qui compose la richesse d'un pays de citoyen-nes. Nous auteures-auteurs-publics-publiques.
Vous savez, nous savons que, cette année est aussi l'année où nous préparons la 25ème édition pour réunir toutes les opiniâtretés pour son après : 25 ans et après que voudrons-nous encore partager?

Michel RICHARD,
Responsable artistique des Soirées d'été en Luberon